« Gabriela Mistral | La cendre | Accueil | William S. Merwin | Exercise »

16 novembre 2010

Commentaires


Très-très beau, très touchant, et je viens de lire qu'il n'est plus de ce monde... à la lisière de ses mots, je n'ose en rajouter d'autres...silence...



Authenticité, mots épurés, lisière du silence.
Il faut croire, entre Thierry Metz et Erri De Luca, que les textes des maçons se dressent comme la lumière dans la poussière.
Merci à Canari !



L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.