« Jean Marc Sourdillon | Au commencement | Accueil | Marie-Jean Vinciguerra, Chroniques littéraires »

20 novembre 2010

Commentaires


Grâce à cet extrait, j'ai eu envie de lire ce livre et j'aime, en ce jour de pluie, aller à la rencontre de ce personnage singulier car amnésique.
Ce livre commence par une touche d'une rare étrangeté :
"Je ne suis rien. Rien qu'une silhouette claire, ce soir-là, à la terrasse d'un café...."
Comme j'aime ce début de roman...
1978... 2010 ! Il était temps que vous passiez par là !


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.