« Fanny Gondran | Alger 60-62 | Accueil | Bartolo Cattafi, L’Alouette d’octobre (extraits) »

07 octobre 2010

Commentaires


Ce texte a été lu le samedi 29 octobre. Un amour à une mère. Un amour de sincérité de fragilité de pudeur. Un appel à la larme triste et au bonheur d'un tel amour. Des frissons et un silence ont parcouru la Menuiserie de Rodez, ce jour là. La douleur affole les forces des mots.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.