« 8 septembre 1961 | Yukio Mishima, Le Pavillon d’Or | Accueil | Stella Vinitchi Radulescu | Contretemps »

09 septembre 2010

Commentaires

Mais qu'elle est belle cette note de lecture de France Burghelle Rey ! Quelle escale de lumière avant que d'aborder au livre de Stella (comme étoile !) Vinitchi Radulescu.
On entend dans les mots ses froissements métalliques que font les ailes de l'ange qui meurt en mille éclats d'étoiles blessées, au cristal froid des ténèbres. Trop de lumière comme un sang d'encre de nuit avant le silence du "jour en équilibre" qui décolore le noir. Chair bouclée de l'innocent bonheur retrouvé.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.