« 18 septembre 1921 | Marina Tsvétaïeva à Maïakovski | Accueil | « Je n'reconnais plus personne » »

19 septembre 2010

Commentaires


Je voudrais dire, en tant qu'auteur, combien je suis touché par la belle et fine critique de Tristan Hordé : propos, mise en page, mise en musique, choix des extraits.
Une oublie dans un cerceau de mots justes et chaleureux...
A Tristan Hordé un très grand merci ; ma gratitude aussi à la revue Terres de femmes.
Bien à vous tous.
Jacques Moulin



La lecture de cet article me fait souvenir du très beau livre de Sophie Nauleau intitulé La Main d'oublies et donne envie de découvrir celui de Jacques Moulin.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.