« 3 septembre 1990 | Charles Juliet, L’Autre Faim | Accueil | Stella Vinitchi Radulescu, Le Jour en équilibre »

08 septembre 2010

Commentaires


Quel lien a-t-il fait entre la douleur et la beauté ? La mort et le rien ? Cette photo est si paisible... Comment la colère peut-elle anéantir la beauté si ce n'est pour atteindre à une liberté inconnue au-delà du bien et du mal, au-delà de l'éphémère et de l'éternité ? Qu'a-t-il voulu nous dire qu'il a tranché dans sa propre chair en se donnant la mort... Quel silence...
La musique de Liszt est une merveille.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.