https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Pierre Reverdy | Heure - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
Index des auteurs cités
AMELIA-ROSSELLI-
Éphéméride culturelle
NOAILLES
L'instant Noailles
PATINIR
Le dernier rêve de Patinir

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Mazzeri
Mazzeri
Noir écrin
Noir écrin
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Manfarinu l'âne de Noël
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
CANARI
Santa Maria Assunta de Canari
Les topiques d'Angèle Paoli
Index de mes topiques
Bleu _Fotor
Anthologie du bleu
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy

« six août | Georges Guillain, Compris dans le paysage | Accueil | DiptYque entre les mains de l’ombre (par Nathalie Riera) »

07 août 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.


Jacques Dupin, dans le catalogue de l'exposition A la rencontre de Pierre Reverdy (Fondation Maeght, 1970), écrit, page 11 :
"Ce qui passe, à chaque instant, à la fois excède nos limites et ne suffit pas à notre désir, nous échappe et nous déborde . En dresser le constat, c'est préciser les traits d'une blessure, la maintenir ouverte, attiser son secret. Le poème est l'accomplissement d'une attente, l'attente d'une attente, son scintillement."
"Et derrière l'eau le soleil qui tombe..."
ô, comme il faut d'enfance pour retrouver cela ! Seuls les grands savent que la nuit couve une aurore, car il est là, l'astre immobile et nous tournons comme toupie entre lumière et nuit, aux yeux ouverts par nos sommeils.


Très juste analyse de Jacques Dupin ! Merci Christiane

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.