« 30 août 1994 | Joël Vernet, Le Regard du cœur ouvert | Accueil | Terres de femmes ― Sommaire du mois d’août 2010 »

31 août 2010

Commentaires

Bientôt quarante ans entre sa mort et nos regards.
Vous m'avez donné envie de relire la traversée des années où il travaillait si proche de Picasso, à Montmartre et plus tard (traversée des deux guerres), dans l'excellente biographie que Pierre Assouline a écrite sur D.-H. Kahnweiler.
Ses oeuvres seraient-elles parvenues à leur maturité sans l'aide cet amateur d'art qui visitait son atelier, achetait ses toiles, lui permettait de peindre sans trop connaître la misère.
Votre première citation est émouvante, celle de Giacometti apprenant la mort de Braque et prononçant ces mots inouïs : "sorti du temps il se situe dans l'espace...". La deuxième est énigmatique si on ne la situe pas dans la difficulté qu'avaient Kahnweiler et les peintres de Montmartre face au surréalisme. Ainsi ce fragment p. 367 (folio 2018) donne une grande densité aux paroles de d'André Breton :
"Kahnweiler n'en est pas moins hostile au surréalisme. Dans ses applications artistiques et non dans sa forme littéraire. Il rejette tout autant Dali que Ernst ou Magritte. Il lui faudra des années pour s'habituer à Miro, ne faisant aucun effort pour entrer dans sa peinture. Il est resté indifférent à la visite de son atelier en 1922. Six ans plus tard, assistant à une de ses expositions, il trouve cela "très JOLI" mais il a l'impression que ce peintre tourne en rond, qu'il "perfectionne" ce qui ne peut valoir que par sa spontanéité... Il préfère penser avec Braque que la peinture n'est pas un art à tout faire et que le contenu poétique qu'ils prétendent y mettre parfois, n'est souvent que "littérature" dans l'acceptation la plus péjorative du terme. Ils commettent l'erreur de remplacer les objets simples utilisés par les cubistes dans leurs tableaux, des objets de la vis quotidienne, par des objets étonnants et hors du commun."
P.A. cite comme sources les lettres de DHK à Masson (5 mai 1928 et une citation de Chavasse).
Aussi la pensée douce et lumineuse, si éloignée de cette guérilla, et baignant dans la lumière de son regard me paraît plus accordée à cette photo d'Angèle prise à ???* et à cette musique très douce **.
Un bien bel hommage...



Notes du webmestre :
* prise à la Fondation Maeght de Saint-Paul-de-Vence (la légende apparaît si vous faites un survol de la photo avec votre souris - sans cliquer)
** Erik Satie


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.