« D.H. Lawrence, Croquis étrusques | Accueil | Roger Munier | Août »

25 août 2010

Commentaires

Vous trouvez toujours, dans la voix des poètes , un écho aux déchirures de ce temps. Pensiez-vous à ces mineurs enfouis tout au fond de la terre en choisissant celui-ci, admirable de concision et de force ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.