« 22 août 1862 | Umberto Saba, Couleur du temps | Accueil | D.H. Lawrence, Croquis étrusques »

24 août 2010

Commentaires


Une bien utile mémoire. J'avais été passionnée par le film d'Ivory et le jeu subtil et déchirant d'Adjani mais je n'ai rien lu de Jean Rhys. Les extraits offerts, ici, sur Terres de femmes me donnent envie de découvrir cet écrivain qui semble écrire si bien les prisons, les désastres de la vie et les épreuves de l'amour.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.