https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Stefanu Cesari | Incù ciò chi tu m’ha’ lacatu - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Le tour de Corse à la voile 150
Les topiques d'Angèle Paoli
____ Index de mes topiques




Retour à l'accueil








































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































« 29 juillet 1922 | Début de la parution du Blé en herbe de Colette | Accueil | Terres de femmes ― Sommaire du mois de juillet 2010 »

Commentaires


En écho, chez Claude Pujade-Renaud, Celles qui savaient, Actes Sud, pp. 40-41.

"Et je repars, je fends les flaques de fraîcheur et de tiédeur alternées, traverse des marais (des marées ?) d'un sabot léger. Mon souffle prend appui sur celui de la brise, une ivresse neuve déferle sur mon poitrail. Et je galope, et j'oublie. Vers le soir, l'enchevêtrement des halliers m'accueille. Je dors sans être visitée par le rêve et ses figures d'angoisse.

Un vent simple et souverain dispersera les ultimes résidus du langage qui murmurent encore au fond de moi et je me résoudrai à cette opacité animale d'où seront bannis le scintillement sombre du savoir et le désir de l'énoncer."


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.