« 21 juillet 1955 | Jean Malrieu, Lettre à Jean-Noël Agostini | Accueil | Luis Mizón | Un troupeau de vaguelettes »

22 juillet 2010

Commentaires

Si beau et si romantique. La musique qui accompagne le poème... le rend encore plus touchant.
Merci.

Merci, Bettine. La musique est choisie par Terres de femmes et la photo (dont vous ne dites rien) est une composition de notre cher photographe, Guidu Antonietti di Cinarca.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.