https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Laure Cambau | Tombeau de Janis - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Murales
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
Les topiques d'Angèle Paoli
___ Index de mes topiques
Bleu _Fotor
_____ Anthologie du bleu
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy

« Carmen Yáñez | Retorno | Accueil | « Oiseaux », Thαumα, Revue de philosophie et poésie »

05 juillet 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.


"Je me souviens très bien de mes quinze ans. En reflet miroir. Je vois les autres dans cette année-là. Ceux que l’on paumait en route, qui faisaient un tour de piste avant de s’envoler. L’année de mes quinze ans, c’était l’année où on les perdait tous, seringues à terre, poudre diluée. J’ouvrais les yeux sur un monde d’échecs et mat où, déjà, la Reine s’était évaporée. Entrevue dix minutes peut-être, entre sueur et alcool, dans un bar canadien fabriqué de caisses et tonneaux, JJ m’avait abandonnée. J’avais pourtant adopté le velours de ses tuniques, les franges de ses écharpes, les lunettes rondes de sa fausse myopie ; j’avais hurlé, jusqu’à deux paquets de cigarettes par jour, pour espérer le retour de ses hommes en éternelle deshérance. Rien à faire, Cry Baby, l’univers qu’elle me léguait sans le savoir allait me faire chialer, hurler, rire, hoqueter, vomir, mourir. Vivre." ...

je ne finirai sans doute jamais ce projet de roman, mais je revois Janis du plus profond d'elle-même. Son rire égorgé à la fin du vocal de "Mercedes Benz". Hats off, lonely you.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.