« Camille Loivier, Il est nuit par Georges Guillain | Accueil | Béatrice Douvre | Nuit brisée »

26 juin 2010

Commentaires


J'aime les textes qui parlent...
Et d'autant "mieux"... ceux qui m'adressent la parole...
J'aimerais parvenir à écrire "ainsi" au plus proche de mon voisin de palier... c'est alors que chaque fois, à chacun de mes vers mis en ambiance, j'éprouverais "le sens" de ma petitesse... entre autres découvertes... dont celle de l'exploit atteint par certains... lorsqu'ils font un podium sur le socle des maux ou des joies qui me jouxtent...



Chère Marie-Christine,

Je ne suis pas sûre de vous lire ici correctement. Je ne suis pas sûre d'interpréter à bon escient ce que vous cherchez à me dire.
Je peux seulement donner quelques éclaircissements sur ce texte, inspiré, comme tous les textes de ce recueil, par les Contes de Grimm. Celui-ci est une ré-interprétation de Peau-d'Âne, texte sur l'inceste père-fille.
J'ai lu l'intégralité de ces Chants populaires. Leur composition, très solidement structurée, sert une écriture complexe en même temps que très originale. Je me suis laissée porter par la musique mystérieuse de ces "chants", sensible à leur incantation là où se dérobe parfois le sens. Incantation derrière laquelle sourd, en filigrane, la souffrance indicible de ce poète. Souffrance qui me bouleverse. Parce que je la sens vraie.

Peut-être me donnerez-vous quelques clés de lecture afin que je puisse répondre au mieux à votre commentaire ?


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.