https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Edoardo Sanguineti | Wirrwarr - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Le tour de Corse à la voile 150
Les topiques d'Angèle Paoli
Mes topiques




Retour à l'accueil








































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































« 18 mai 1944 | Naissance de W. G. Sebald | Accueil | Juan Gelman | Arte poética »

Commentaires


Joli défi que cette traduction !

Quelle rythmique et quelles sonorités!
J'ignorais que cela fut possible d'écrire ainsi, pour le dire.
J'aime déjà.

Buon viaggio, Edoardo.


Il écrit contre les mots, malgré les mots, sans les mots... et ça écrit à sa place par-dessus son halètement, son innommable. On passe la limite, le mur du son. Il nous faut nous déplacer aussi vite pour l'entendre... la vie.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.