« Ouroboros Le billet de Nestor | Accueil | Françoise Clédat | Je vis une histoire d’amour »

26 avril 2010

Commentaires

Ai relu cette semaine (hasard !) L'Ascension du mont Ventoux, traduit et postfacé par Jérôme Vérain aux éditions Mille et une nuits (2001).
Intérêt de découvrir votre billet ... Je pense préférer la traduction de Jérôme Vérain à celle de Denis Montebello :
« fiston » ! en latin filiolus (« enfant »)
« la légèreté insolite de l'air » (« cet air étrangement léger ») etc.
"Traduttore, Traditore" : toujours ce débat ...
Merci Angèle !
Ellise


Une contribution, sur le mysticisme qu'engendre le Ventoux !!!
En fait en Provence, il y a 2 "Ventoux" ou Ventour (en lengo nostro), l'autre est la Sainte-Victoire...
Les Celto-ligures sont encore là, quand on parle de transmission, a contrario, de l'existentialisme actuel !!!
Amista & Joio
Sèrgi G.

http://marsyas2.blogspot.com/2009/02/alan-costantini-lou-ventour-misti.html


Merci Marsyas. J'ai ressenti moi-même, l'autre jour, alors que je marchais seule sur un sentier enneigé, comme un souffle particulier dans la solitude des sommets du Ventoux. Je veux bien croire à ce mysticisme que vous évoquez.

A propos de traduction, H.Sebert pour les éditions Jacques Haumont (1944) propose fort judicieusement le provençal "Filhol", très proche du latin "filiolum" de Pétrarque. Et d'un registre moins familier que le "fiston" de Jérôme Verain. Et donc, à mon sens plus approprié à la tonalité générale de la lettre que Pétrarque adresse au père Denis de Borgo San Sepolcro.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.