« Geneviève Vidal-de Guillebon | Vie donner/nommer | Accueil | Amina Saïd | Jusqu’aux lendemains de la vie »

13 février 2010

Commentaires


là j'entre dans l'écriture, ce souffle qui ourle le sanglot tu, ce dénuement Ecrire pour le rien accroché au temps, pour la rouille du coeur qui attend sous la pluie. Si proche, si impalpable. Chant syncopé, chemin de halage laissant affleurer l'amour.



C'est un recueil que j'avais beaucoup aimé... tout en regrettant de ne pas disposer aussi du texte original. Merci de nous le donner ici !

Amitiés



L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.