« Julieta Guerreiro | De l’air dans les petites boîtes | Accueil | 10 février/Jacques Perrin, Dits du Gisant »

09 février 2010

Commentaires


Parfois, il se passe de drôles de choses sur TdF. Brusquement Angèle s'absente. Des heures et des heures pour converser avec les ombres du passé. Ce jour, cette exquise image d'une femme tellement énigmatique, dans cette boucle de la Seine où les ruines de l'abbaye de Jumièges murmurent.
Pouvoir de séduction du langage qui nous transporte ailleurs réinventant une vie avec cet enchantement du cœur qui fit rêver un roi. La frontière devient alors si perméable entre le monde des vivants et des disparus. Mais le cœur ne s'y brise pas comme dans certains poèmes offerts ici... Des doubles fantomatiques esquissent une vie qui aurait pu être un morceau de sa vie, juste voilées gracieusement par le temps et un maître du pinceau. J'aime suivre cet arpenteur du temps...


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.