« 11 novembre 1516 | La Saint-Martin de Leonardo | Accueil | André Breton, Lettres à Aube »

12 novembre 2009

Commentaires


Tous les mots sont permis et pourtant seulement certains sont dans la langue de l'autre pour dire la poésie.
Dans la nôtre, il y en a tant !
Comment faire de cet amas de mots, se dit le poète, comment en faire autre sens que celui que nous utilisons ordinairement ?
Que faire des mots usés et malgré tout aimés de la langue, la nôtre ? Et de ceux de la langue de l'autre, le tant désiré ?
Pauvreté, modestie.
"Les quelques mots
que je sais dans ta langue
étoile
pain..."
Eclats.
Voilà les mots de cette langue nouvelle. Si simples.
C'est bien posé la nécessaire exactitude de la poésie.
Un travail d'écriture. Celui de Marielle Anselmo...



Merci infiniment, Sylvie Durbec, d'avoir si bien compris et entendu ce que je cherchais...


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.