https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Antonella Anedda | Ritagliare - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
Index des auteurs cités
AMELIA-ROSSELLI-
Éphéméride culturelle
NOAILLES
L'instant Noailles
PATINIR
Le dernier rêve de Patinir

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Mazzeri
Mazzeri
Noir écrin
Noir écrin
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Manfarinu l'âne de Noël
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
CANARI
Santa Maria Assunta de Canari
Les topiques d'Angèle Paoli
Index de mes topiques
Bleu _Fotor
Anthologie du bleu
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy

« La Pensée de midi, «Istanbul, ville monde» | Accueil | Jean-Louis Giovannoni | [Notre voix] »

21 octobre 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

"J'assiste à ce dont je me souviens". Quelle extraordinaire perception du cheminement étrange de la mémoire en nos pensées. Notre langage est dépendant d'un effritement du réel et de nos refus de savoir l'avant de nous. Cette pensée forte est ancrée dans une langue superbe que j'ai plaisir à retrouver, ici.

"Ce que l'eau efface tombe dans le pouvoir de la lumière. Le bois est marqué, vulnérable, calciné... à présent que je vois derrière la vitre d'un musée, me revient en mémoire la carcasse..."

En ce qui me concerne, de "la chaise" d'une vie où la mienne fut portée en assise, je vois par-delà l'écorce d'Alzheimer...
je sublime la carcasse de l'arbre que je discerne sans pouvoir prendre assise !
Car je logerai toujours dans l'ombre portée du jour sans pouvoir argumenter l'obscurité !

Ecrire mon poème personnel ne consistera jamais qu'en cela...


"l'arbitraire des détails" et leur charge émotive, toute la littérature est ici résumée... Antonella Anedda n'a pas fini de se faire traduire... Elle pose les mots où ça rejoint les bords du sommeil volontaire. Peux-tu nous traduire le titre et le commenter ?



« Ritagliare » signifie littéralement « découper ». C'est aussi le titre de la première partie de La vita dei dettagli (La vie des détails), ouvrage qui en comporte cinq. Dans son introduction, Antonella Anedda explique son projet d'écriture. Il s'agit ici, non pas de commenter un tableau, une peinture. Mais de dégager de certaines toiles un détail et d'en faire en quelque sorte le sujet d'une nouvelle œuvre. Ainsi le détail, retaillé par le regard, séparé de sa gangue d'origine, se charge-t-il de sa vie propre. S'intéresser aux détails d'une œuvre, c'est les laisser vivre à leur rythme, indépendamment de la peinture à laquelle ils appartiennent; c'est les confronter à la liberté. Une liberté qui passe par la transgression de celui qui s'attarde, interroge la part secrète, imperceptible d'une œuvre d'art.

Chère Mth, je n'ai pas encore eu le temps d'explorer ce petit livre très précieux, dont j'aimerais prochainement partager avec mes lecteurs(rices) toute la densité et la profondeur. Mais j'en goûte déjà, fragment après fragment, la saveur mystérieuse.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.