https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Carnets de marche. 23 - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Le tour de Corse à la voile 150
Les topiques d'Angèle Paoli
Mes topiques




Retour à l'accueil








































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































« Vivian Lofiego | Les arbres multiplient leurs branches… | Accueil | Alessandro Ceni | Mattoni per l’altare del fuoco »

Commentaires


"Mon âme en moi comme une pièce d'or entre les mains d'un joueur..."
Mesa dans Le Partage de midi de Paul Claudel.
Ce carnet 23 est un labour magnifique.



J'aime lire vos lignes, vos vagues dans le paysage qui se dévoile en mon intérieur. Votre prose dans sa singularité m'est coutumière. Vos mots ont une souplesse personnelle, une élégance rare et je les nomme poésie. J'aborde la nuit d'une humeur plus sereine grâce à vous.
Merci.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.