« Carnets de marche. 21 | Accueil | Lorand Gaspar | Voici des mains »

20 septembre 2009

Commentaires


Toutes ces morts... On dit qu'on est vraiment mort quand plus personne ne pense à vous. C'est émouvant cet éphéméride, faire coïncider à une oeuvre majeure, à une vie courageuse, ce moment mystérieux où un souffle s'est éteint, un homme a quitté cette fragile humanité, une main s'est dénouée... Alors...
"Le poème est partout
comme les ailes du vent dans le vent
qui ont touché un peu les ailes de la mouette."
(Mémoire II - Ephèse)
Michel Volkovitch, depuis plus de quinze ans, a traduit les poètes grecs dont Yorgos Seféris. Merci à lui pour cette anthologie de la poésie grecque contemporaine (nrf).
Du même livre, quelques vers d'Argo, pour saluer ce grand exilé qui portait en lui une maison écharde dans son errance volontaire...
"Dans la petite maison fraîche au jardin
parmi les trembles et les eucalyptus
près du moulin couvert de rouille
de la citerne jaune où tourne seul un poisson rouge
dans la petite maison fraîche qui sent l'osier
j'ai trouvé une boussole de marine
elle m'a montré les anges de tous les temps qui hantent
le silence de plein midi."



Merci à Angèle et à Christiane pour ces belles propositions grecques. On peut trouver beaucoup de poésie grecque sur le site de http://www.volkovitch.com/>Michel Volkovitch, qui, en effet, inlassablement, la traduit et la fait connaître.



Merci à toutes deux, Christiane et Florence, de rappeler à ma mémoire le nom de Michel Volkovitch, et de me signaler son site. Je l’ai consulté, bien évidemment.

Nous avons mis un soin tout particulier, Yves et moi, à retranscrire les originaux des textes grecs. En nous référant fidèlement au clavier démotique (et à toutes les règles particulières qu’il comporte concernant l’utilisation des signes diacritiques). Ceci, afin de respecter la position très engagée de Séféris par rapport à la langue qu’il choisit de faire vivre à travers ses poèmes. Ci-dessous, un extrait tiré de L’Été grec. Jacques Lacarrière y mène une réflexion très éclairante sur les choix de Séféris en même temps qu’il y expose son point de vue sur la poésie française. Deux conceptions que tout oppose, à ce qu’il semble. Je cite :

« Les mots grecs ont une charge, une pesanteur historiques dues à l’ancienneté de la langue, ils sont gros de mille messages spécifiques et c’est pourquoi le choix de telle ou telle des langues grecques est si essentiel à quiconque veut écrire. Choisir la langue démotique, c’est élire une histoire, un phyllum, un axe qui font de l’écrivain l’héritier d’un verbe millénaire, contre la tradition écrite- et récente- des puristes. En chacun des poètes, des écrivains que j’ai connus en Grèce - Séféris, Elytis, Sinopoulos, Ritsos, Vassilikos, Taktsis, Plaskovitis, Penzikhis et bien d’autres - j’ai retrouvé cette question - cette réponse aussi - au choix esthétique, culturel et politique qu’est celui d’une langue. Ce qui explique sans doute que depuis Solomos, les chemins de la création poétique aient toujours mené vers l’usage, l’approfondissement, l’enrichissement et la maîtrise du clavier démotique. En France - aujourd’hui encore - on dirait que les poètes ne s’intéressent pas à la langue ou plutôt qu’ils ne s’y intéressent qu’à travers le biais de la linguistique : pas à leur langue mais à la langue. Depuis le siècle dernier, la poésie française va d’école en école, de salon en salon, de revue en revue, de secte en secte, chacune avec ses obsessions, ses diktats et ses exclusives. On va moins de poème en poème que de théorie en théorie. C’est là un phénomène spécifiquement français - et même typiquement parisien - qui serait impensable en Grèce. Là, il n’y a, il n’y eut jamais d’école au sens littéraire du terme et si l’on va de théorie en théorie, c’est au sens étymologique du mot, c’est-à-dire de cortège en cortège. Cortège de ceux qui, de Calvos à Valaoritis, de Palamas à Elytis ont apporté chacun à sa langue les dons de leur création, de leur incantation, comme si leurs mots s’inséraient au fur et à mesure dans le grand édifice corallien de la grécité. »

Jacques Lacarrière, L’Été grec, Plon, Terre Humaine/poche, page 398.




Cela a dû être un travail énorme pour écrire ces textes en grec. J'imagine une nuit blanche. Merci à votre couple (je crois que Yves est performant en grec...). Quel beau cadeau ! Et comme c'est émouvant tout ce travail en mémoire et pour transmettre.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.