« Carnets de marche. 2 | Accueil | Carnets de marche. 3 »

02 août 2009

Commentaires

Parfois il faut choisir entre des ailes et deux mains douces, comme "Grain d'aile" peut-être inspirée à Paul Eluard par sa grand-mère, Eugénie Grindel ou comme dans Les Ailes du désir de Wim Wenders. Dans le ciel de Berlin, Damiel, un ange, hors du temps et le temps lui-même, est amoureux de la gracieuse et mélancolique Marion qui voltige, avec grâce au-dessus de son public, habillée en ange avec ses ailes en plumes de poulet. Damiel rêve à la courbe de cette nuque, à ce regard si doux et décide de faire le grand saut.
Un ange passe de l'ange à l'humain, du noir et blanc de l'écriture aux couleurs de l'amour, bouleversant l'ordre des étoiles pour un baiser...


Très doux voyage en Angélie heureuse que celui que vous nous offrez là, chère Christiane. Je ne peux que vous en remercier.
Angèle

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.