« Carnets de marche. 15 | Accueil | Ludovic Degroote, Un petit viol, Un autre petit viol, par Sylvie Fabre G. »

27 août 2009

Commentaires

"écrire aussi loin qu'il le peut dans l'espace qu'il s'est taillé dans la langue commune"
(J'avais gardé un bon souvenir déjà de Lichen,lichen.)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.