« Danielle Fournier | ton prénom | Accueil | Giovanni Dettori | Nostos II »

08 juillet 2009

Commentaires

Michel Volkovitch, à la fin de son essai Elle, ma Grèce (texte diffusé électroniquement par publie.net), écrit ces lignes après sa rencontre avec la poésie grecque :
"Je n'avais pas encore totalement vécu, une partie de moi restait dans les limbes. La lumière grecque aveuglante m'a ouvert les yeux ; m'a développé, comme une espèce de chambre noire inversée.
Ce fut exaltant et cruel comme une initiation, dangereux et salvateur comme une opération à coeur ouvert..."
Ainsi en est-il de cette rencontre avec Vangelis Kassos, ainsi en est-il de la rencontre, vécue dans Terres de femmes, avec la langue âpre et éblouissante des poètes.


Formidable découverte,
merci.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.