« Murale VII | Accueil | Jeanne Bastide, Un silence ordinaire par Angèle Paoli »

03 juillet 2009

Commentaires


Magie de la grande toile!
Je cherchais des renseignements sur une revue des années soixante Corsica Viva quand un puissant et inattendu alizé m'a poussé vers vos côtes...
Miracle de la nature corse :
une riche végétation, luxuriante, poétique, colorée, ouverte sur le monde a recouvert les terribles stériles de Canari!
C'est beau comme Hiroshima mon amour.
La Corse est décidément plus que vivante.
A chaque salve destructrice répond un geste créateur.
Je gardais du Cap Corse le souvenir de ses orgueilleuses villas-châteaux, un peu délabrées,
la tour hantée d'un exilé ou une nuit très froide à Notre-Dame-du-Silence (la bien nommée)
Je savais aussi les cap-corsins ambitieux voyageurs et que leurs montagnes cachaient des trésors.

Vous dire ma surprise et ma joie que la terre meurtrière (en secret) la plus martyrisée de Corse (au nom du profit) ait été fécondée par des mains de femmes jusqu'à construire et à offrir cette grande maison de poésie aux mille fenêtres.
On y retrouve attablés de vieux amis
on en découvre d'autres venus parfois de très loin
on est rêvé
on y rêve
on se sent accueillis
on devient accueillant
la Beauté enseigne le respect
Merci!
François Martin



Pour ces murales, cette beauté partagée comme un pas de deux, ces quelques lignes de Friedrich Hölderlin (Hyperion):
"O âme ! Ame ! Beauté du monde. Toi l'indestructible ! Toi la ravisseuse ! Toi l'éternellement jeune ! Tu es ; qu'est-ce donc que la mort et toute la souffrance humaine ? Ah ! bien des mots vides ont été dits par ces hommes singuliers ! Tout, pourtant, se fait de joie et tout, pourtant, a son terme dans la paix."


Chère Angèle vos (nos) murales parlent de "La maison sur le port" que nous avons fréquentée ensemble… nous y étions tous les trois…

" Il y avait des chansons des chansons
Les hommes venaient y boire et rêver
dans la maison sur le port où les filles riaient fort
Où le vent faisait chanter, chanter, chanter
Les pêcheurs vous le diront
Ils y venaient sans façon
avant de partir tirer leurs filets

Ils venaient se réchauffer près de nous
Dans la maison sur le port..."


Amalia Rodrigues chante La maison sur le port

Amicizia
Guidu____

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.