« Livane Pinet | Traces | Accueil | Judith Chavanne | Un rire quelque part »

14 juillet 2009

Commentaires


Beau texte que cet extrait sur le double... Aldo ou Leila... Je crois que le mien était une fille, réelle et inventée. Zohra.
N'aurions-nous pas tous un jumeau invisible et secret ?
J'ai le souvenir moi aussi d'un double chuchoté sous la table des grands.
Merci Angèle.
Quand nous reverrons-nous, marchant au bord de la mer ?
Je t'embrasse ce matin gris, un peu mélancolique, le ciel aujourd'hui.
Sylvie D.
PS: la Petite Librairie cévenole a été un vrai bonheur et tout le reste aussi. Reste à ranger maintenant...



Quel métissage que cette revue. Ce très beau texte d'Yves Charnet m'a conduite à traverser la nuit avec les livres de Clément Rosset (Le Réel et son double) et dans vos topiques, Angèle, avec Marina Tsvétaïeva, étrangement rebelle aux rêts de l'amour. Maintenant du vieux château de solitude de Boulbon, voilà que nous revient un chant d'encre et de rêve.
Pour vous deux, cette page du livre de Clément Rosset :
"...qu'on ne brûle pas mon double, car je ne suis rien d'autre et n'existe que sur le papier. Brûler le double c'est en même temps brûler l'unique... non qu'il soit de papier, mais parce qu'il est incapable de se rendre visible - en tant qu'unique- ailleurs que sur le papier....
"Nous sommes faits de l'étoffe des songes" (Shakespeare) - de songes dont l'étoffe est elle-même de papier..."



=> Sylvie, merci de ta visite et de ta confidence sur le double, ton double. Je crois qu'il me faudrait plusieurs vies pour identifier le mien et le saisir au collet. Mais peut-être se cache-t-il à mon insu entre les plis multiformes de mes terres, anamorphiques et mouvantes.

Marcher au bord de la mer ? Dès que la maison aura retrouvé un peu de calme et l'île son vrai visage. Celui qu'elle oublie sous le masque déformant du tourisme intempestif de l'été.

Je t'envoie une brassée d'immortelles.

=> Christiane, je ne connaissais pas ce texte de Clément Rosset qui vient compléter l'extrait de J.B.-Pontalis (mis en lien) que je relis à l'instant.
Le double de papier ? A méditer. Merci à toi.



Terres de femmes offre tant de paysages surprenants ! Voilà sous les combles le rire d'une présence indicible offert par Judith Chavanne mais je suis encore à réfléchir à ce texte si grave de JB Pontalis. Et j'en reviens au livre de C. Rosset Le Réel et son double.
Après avoir cheminé avec le thème littéraire du double, du théâtre antique de Plaute aux incontournables du XIXe siècle (Hoffmann, Chamiso, Poe, Maupassant, Dostoïevski...), il arrive à une conclusion pour le moins surprenante : l'indifférence à soi-même, source de béatitude.
"La réconciliation de soi avec soi a pour condition l'exorcisme du double... renoncer à se voir, à l'idée que le soi puisse être perçu dans une réplique qui permette au sujet de se saisir lui-même. Le double, qui autoriserait cette saisie, signifierait aussi le meurtre du sujet et le renoncement à soi, perpétuellement dessaisi de lui-même au profit d'un double fantomatique et cruel ; cruel de n'être pas, comme le dit Montherlant : "car ce sont les fantômes qui sont cruels; avec des réalités, on peut toujours s'arranger". C'est pourquoi la présence véritable de soi à soi, implique nécessairement le renoncement au spectacle de sa propre image."
Ce poème d'Yves Charnet a ouvert un sillon dans la terre à labourer de l'écriture et de la méditation. Merci, chère Angèle, pour ces moments de jubilation.


A mon avis cet Aldo de Decize est trouvable via Google ou Facebook !

=> http://lecturebourg.canalblog.com/archives/2008/12/29/11769544.html

A moins que … ! Aie !

Amicizia
Guidu___

Decize n'étant pas un patronyme, mais le nom d'un petit village de la Nièvre... où a vécu Aldo...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.