« 3 mai 1928 | Création de Siegfried de Jean Giraudoux | Accueil | Martine Broda | [à tant marcher vers la lumière] »

04 mai 2009

Commentaires

C'est bien d'avoir ouvert pudiquement par son écriture silencieuse la respiration douce des choses du passé... Il faut du temps pour être avec elles. Notre mémoire est ce grenier... Quoi se cache derrière cette poussière d'attente ? Quelle histoire s'est interrompue et ouvre le silence ? Il faut traverser ce qui empêche de voir... glisser dans le temps d'avant... Elles respirent, coeur-objet d'amande close.
Battement d'ailes que ce texte...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.