« 1er mai 1912/Egon Schiele en prison | Accueil | Dominique Sorrente | Je t’envoie ma chanson des jours bleus »

02 mai 2009

Commentaires


A lire de nuit... sur cette musique de velours... Hum...

Sur une musique de distinction et de calme prophétique... en un rapport non confondu de cette virulence romantique...

"j'étais calme combat, j'étais source intérieure"... Dans ce jaillissement à donner forme...

Synesthésie...


Amitiés.

E.S.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.