https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Juan Manuel Roca/Monologue du temps - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Le tour de Corse à la voile 150
Les topiques d'Angèle Paoli
____ Index de mes topiques




Retour à l'accueil








































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































« Franck Venaille | [J’avais mal à vivre] | Accueil | Zéno Bianu | Credo »

Commentaires


La mort, qu'elle vienne à temps ou à contretemps, ne donne pas de réponse mais efface toutes les questions, toutes les douleurs.
Il n'y a plus d'exil, plus d'insomnie, plus de désir, plus de solitude au pays de neige de la mort. Il n'y a qu'un profond silence de paupières closes comme des volets sur la blondeur de l'été...



Donnez-moi un quignon de temps pour nourrir le monde.
Et ne pas trop y penser ou avec des toiles sur les yeux, ne pas trop y penser.

Heureuse de ce retour, Angèle.



J'aime cette "patience de nuage" et cette "jument blanche" qui emporte son fantôme au-delà du vent. Elles suffisent à consoler du temps qui passe entre les doigts et de la mort qui nous rapproche.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.