« Terres de femmes n° 50 ― janvier 2009 | Accueil | À chì colla à chì fala »

01 février 2009

Commentaires


Ce poème est énigmatique, quand on sait que de cette île de Tinian décollèrent les bombardiers qui allaient apporter la mort à Hiroshima et Nagasaki les 6 et 9 août 1945....
"...des fleurs non poussées de la terre...
Décharnées...
Des ailes étrangères
se reposant en solitude...".

Il écrivait dans une lettre :
"Maintenant j'ai peur des choses qui peuvent éventuellement s'associer à moi..."



Etonnante coïncidence, en effet. Terrible prémonition que celle énoncée dans cette pensée énigmatique!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.