https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Jacques Roman | Le là embrase son corps - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Murales
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
Les topiques d'Angèle Paoli
___ Index de mes topiques
Bleu _Fotor
_____ Anthologie du bleu
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy

« 5 février 1626 | Naissance de Madame de Sévigné | Accueil | Jean-Claude Villain | αΒ »

05 février 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.


Cet homme écrit depuis si longtemps que sa langue est vraiment libre. Elle surgit intacte, loin de tous les codes du langage. Parole rabotée par la seule innocence et sa pureté incisive...

OT________

La légende de la photo du jour : "Cogito ou Kojito ?" n’est pas de moi mais de Yves Thomas le webmestre de TdF .
Qu’il soit ici remercié !


Amicizia
Guidu___

Oh ! merci pour ce lien Guidu. SUPERBE !


OT

Sur les murs de Paris, de drôles de silhouettes. Collages d'un groupe de peintres activistes. Le personnage clé est appelé Zuman Kojito. Il s'exprime par bulles.
Les dernières que j'ai vues : "J'existe - je résiste - Bousculer l'incertitude"
Bravo à Yves et Guidu pour ce chemin des... écoliers !



"Pureté incisive", en effet, c'est ce que j'ai ressenti dans l'écriture de cet érotisme léger, empli de fraîcheur.
Guidu nous a emmenés ailleurs, loin de ce poème, il nous en a distraits en nous emmenant nous aussi, à sa suite, sur cette bande passante, mouvante emouvante émouvante. Car nous sommes semblables à ces passagers du quotidien, à la fois inconnus et familiers. Cela me rappelle le couloir du métro à Montparnasse, les tapis roulants à double sens et ces visages que nous croisons à toute vitesse sans jamais pouvoir nous arrêter sur aucun d'eux ! C'est émouvant et tragique en même temps ! Notre fragilité me bouleverse.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.