« 3 avril 1862 | Début de la publication des Misérables de Victor Hugo | Accueil | Franco Loi | Quan’ seri dent nel büs del mè vurè »

27 février 2009

Commentaires

Emue...


Je pense à ce "Couplet du trottoir d'été" (Desnos, 1942)
"Couchons-nous sur le pavé,
Par le soleil chauffé, par le soleil lavé,
Dans la bonne odeur de la poussière
De la journée achevée,
Avant la nuit levée,
Avant la première lumière
Et nous guetterons dans le ruisseau
Les reflets des nuages en assaut,
Le coup de sang de l'horizon
Et la première étoile au-dessus des maisons"



--D'accord, Monsieur Henriques. Vous ne savez pas l'hébreu je suppose. Non ? Vous me répondez : pas un mot ? C'est bien dommage, bien dommage, mais je m'en doutais un peu. Nous saurons nous en tirer quand même. Accompagnez-moi donc, là, près de la couchette, là vous trouverez ma bibliothèque, succursale Westerborck. Une minute. (...) J'ai une prière à vous adresser : veuillez lire, vous, à haute voix, ce qui est écrit ici vous voyez, c'est le Livre de Josué. Vous n'y aviez jamais jeté les yeux, je pense. Non. Mot par mot, pas trop vite, alors tout le monde pourra entendre,
--Et j'ai lu : "Le Seigneur Dieu est à vos côtés en quelque endroit de l'univers que vous vous rendiez."

Jacques Presser (1899-1970), La Nuit des Girondins, éd. Maurice Nadeau, préface de Primo Levi. ISBN-10: 2862310905.

En souvenir de sa femme, partie de Westerborck pour Sobibor.



A Christine Van Nooten. Près de Glimmen.
Mardi 7 septembre 1943.
Cachet de la poste: 15 septembre 1943.


    Christine, j'ouvre la Bible au hasard et trouve ceci:
"Le Seigneur est ma chambre haute." Je suis assise sur mon sac à dos, au milieu d'un wagon de marchandises bondé. Papa, maman et Mischa sont quelques wagons plus loin. Ce départ est tout de même venu à l'improviste. Ordre subit de La Haye, spécialement pour nous. Nous avons quitté ce camp en chantant, père et mère très calmes et courageux, Mischa également. Nous allons voyager trois jours. Merci de tous vos bons soins. Les amis restés au camp vont écrire à Amsterdam, peut-être te fera-t-on suivre ? Peut-être aussi ma dernière longue lettre ?
    Un au revoir de nous quatre.

Etty


Etty Hillesum, Une vie bouleversée suivi de Lettres de Westerbork , Éditions du Seuil, Collection Points, 1995, pp. 344-345.

Un livre bouleversant, en effet.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.