« Antoine Emaz, Cambouis | Accueil | 25 février 1707 | Naissance de Carlo Goldoni »

24 février 2009

Commentaires


Chère Fabian,

Ce soir, en vous lisant, je suis devenu producteur et je vous engage pour que vous réalisiez un Claudio Monteverdi aussi fictionnel et aussi bien documenté que celui que j’entrevois dans votre beau scénar.
J’ai une requête à vous formuler, j'aimerais être votre chef-op … chut ne dites rien à Angèle… quoique je pense qu’elle appréciera aussi…

MERCI, il est beau, vrai, magnifique, flamboyant, votre Monteverdi !

Amicizia
Guidu___


Cher Guidu,
Merci à vous. Pourquoi, d'ailleurs, ne pas imaginer ce film? Ou, plutôt, une série d'images... J'avoue que mes promenades à travers vos photographies (au travers de?)rendent le présent et l'espace dans lequel j'évolue (de macadam en macadam) très intemporels.
Rendez-vous donc à Mantoue, quelque part entre Orfeo et Rigoletto...
Da Parigi con
Amicizia
Fabian__



Comme un chant majeur qui s'égare dans le deuil
Un œil sur les modes avec la grâce des cordes
Pente mineure d'une âme émue qui refuse de muer
Pour l'éternité je t'ai entendue, muette sur ton Sol.



A glance at your name, signaled on the Blog of a friend, a casual click and a revelation !
Plunging in your world is a source of real joy !
Will be your daily visitor and a grateful one...
Bien à vous,
D.J. Giorgi

P.S. Did you listen to the recent version of Orfeo ed Euridice at the Met with an exceptional soprano? The 'Che farò senza Euridice' aria was a triumph!


PS du Webmestre : la mezzo-soprano Stephanie Blythe ?


Oui, cher Webmestre : Stephanie Blythe. Je n'y étais pas, mais une amie de Manhattan y était.

Amicizia
Fabian


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.