« 20 février 1888/Naissance de Georges Bernanos | Accueil | Jacques Dupin | Tendre est la sonorité »

21 février 2009

Commentaires


Quel bel intermède que ce moment de grâce et d'émotion, volé à la nuit, alors que les convives sont partis, que la mère est endormie, le père pas encore rentré. La flamme de la chandelle vacille comme le coeur du poète. La voix âpre et voilée de la belle comédienne enveloppe Musset, tout absorbé aussi de ce charmant visage enfièvré de... Racine... Un rôle désiré...
(Et elle triomphera dans ce rôle de Phèdre, en janvier 1843...)
Une rencontre sous les galeries du Palais-Royal... Un souper improvisé... Une lecture partagée... Un soupçon de sentiment amoureux... Une belle lettre à écrire...

PS de l'éditeur-webmestre de TdF : ... et une liaison d'un soir en perspective (juin 1839)... Musset multiplie les conquêtes...



Vous en savez des choses... Ce Musset, quand même ! Ont-ils fermé le livre ?
Il me prend à rêver de longues soirées à échanger sur tous ces personnages dont les correspondances nous livrent maints secrets... Théâtre dans le théâtre de la vie...
N'ayant pas de cheminée, je lis celui de Bachelard !
"L'amour n'est qu'un feu à transmettre. Le feu n'est qu'un amour à surprendre..."
La Psychanalyse du feu, page 48.
Merci !


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.