https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Thomas Stearns Eliot | What is that noise? - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Murales
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
Les topiques d'Angèle Paoli
___ Index de mes topiques
Bleu _Fotor
_____ Anthologie du bleu
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy

« XXIe Festival du Cinéma Italien de Bastia | Accueil | Orée où j’entends bouche »

30 janvier 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.


C'est tellement proche de Pessoa ! On dirait qu'ils ont entendu cette même absence gémissant dans le rien. Le Livre de l'intranquillité ? C'est le nom même de la poésie...
"Le vent s'est levé... C'était d'abord comme la voix d'un espace vide... L'espace soufflant à l'intérieur d'un trou, une faille dans le silence de l'air. Puis est monté un sanglot, un sanglot du bout du monde, et l'on s'est aperçu que les vitres tremblaient et qu'en réalité c'était le vent. Puis cela a résonné plus loin, un hurlement sourd, des pleurs dépourvus d'être face à la nuit grandissante, un grincement de choses diverses, une chute de petits morceaux, un atome de fin du monde..."
Pessoa... T.S Eliot... Même présence au monde de l'indicible...



Sous la porte suintent les vents furieux, agrégés en des étouffements de pourpre. Qui les entend dans un monde aux oreilles rongées par cette lèpre d'immobile ? Quelles lèvres affamées baiseront les souffles sauvages des entre-murs ?

Merci Angèle de votre mot chez moi. Et merci pour ces découvertes tempétueuses. Découvertes splendides.


Un petit pas de plus en direction de ma longue réconciliation avec Shakespeare. Merci.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.