« 5 janvier 1952 | Sortie à Paris de La Terre tremble de Luchino Visconti | Accueil | La rencontre Hölderlin-Jouve-Klossowskipar Béatrice Bonhomme et Jean-Paul Louis-Lambert »

06 janvier 2009

Commentaires


Il me semble que ce sont vos poèmes choisis qui me plaisent le plus, ici.
"Là où il n'y a rien il y a quelque chose qui brille... ", c'est bien pensé !
Merci beaucoup Angèle.


Oui, c'est un bon pain de mots ce poème. Il s'entend, se goûte, se touche, se mange. Il est murmure, il est cri. Il est l'enfant, il est l'exilé. Il est lumière. Il est pierre, bouche, lèvre, langue. Il est "grain de ... beauté"... sur Terres de Femmes et c'est un beau partage.


Superbe Luis, une maison où chacun retrouve son souffle. "Un murmure est venu me chercher" et je l'ai suivi à l'écoute de tes mots. Merci pour cette respiration poétique. Hasta luego...
Fanie


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.