« Rennie Pecqueux-Barboni Costumes de Corse, Pannu è panni | Accueil | Luis Mizón | La Maison du souffle »

05 janvier 2009

Commentaires


Ah, Luchino Visconti... j’aurais tant aimé être son directeur de la photographie à défaut d’être son ami …
Merci chère Angèle !
Amicizia
Guidu__
PS : Lien du Webmestre



Visconti... Quel pouvoir que celui de son écriture ! J'avais découvert La Terre tremble dans une petite salle d'art et d'essais du Quartier latin.
Je me souviens de ces noirs et blancs étincelants, de cette photo en cadres fixes au champ profond, proche de l'esthétisme des peintres du Quattrocento (les femmes qui attendent le retour des pêcheurs...).
Film sublime, nocturne, lent, sombre, raffiné, lyrique et dépouillé.
Mêler le dialecte local des pêcheurs d'Aci Trezza en son direct, aux "voix off" récitatives, comme dans un choeur antique, ce n'est pas seulement entendre la Terre trembler des révoltes des pauvres de Sicile, en 1947, c'est faire trembler le cinéma par tant de géniale audace !



J'ai cherché les visages du film de Visconti à Aci Trezza, un après-midi d'été sicilien, écrasé de chaleur. Il n'y avait pas âme qui vive. Le petit port était figé dans une torpeur d'avant-tournage, une pesanteur lourde, plombée. Ou peut-être était-ce moi qui tentais de prolonger dans ma mémoire les traces laissées par le souvenir des images sublimes du film. Les écueils mêmes d'Aci Trezza, ancrés devant le port depuis la colère de Polyphème, avaient perdu de leur magie ! Immense nostalgie, née de l'écart entre réel et imaginaire.

Merci, caru Ivucciu (Webmestre de TdF), je ne le vois que maintenant ton lien vers Aldo Graziati, le directeur de la photographie de Visconti !!!


Amicizia
Guidu ___


On se régale, hein, Guidu, sur Terres de femmes ! On ne sait plus où donner des yeux !!! Mais vous y êtes pour beaucoup avec vos créations !
J'ai hâte d'y retrouver l'écriture d'Angèle...


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.