« Joë Bousquet | Passer | Accueil | Georges Guillain | Que ce lieu pour rester »

28 janvier 2009

Commentaires


J'adore ce jeu, c'est comme un blog surréaliste, un jeu de "cadavre exquis" (mais les internautes n'en sont pas loin sur certains blogs, tant le dialogue y fait place au croisement improbable de météores lancés sur des trajectoires différentes), c'est aussi un jeu de séduction...
Ces textes cachent, sous leur espièglerie, un trésor : ces trois dattes qui sont l'offrande de l'hospitalité dans le désert. Trois dattes, un peu de lait de chèvre, l'eau gardée dans une gourde pour le voyageur, le pain travaillé par la paume des femmes et cuit sur les pierres brûlantes et l'appel de l'immensité des sables coule jusqu'à nos pieds, mais aussi son aridité et ces peuples d'Ethiopie repoussés par la sécheresse jusqu'aux confins des villes. On n'y meurt pas d'indigestion, mais de faim... ou de razzias de bandes armées...


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.