« Álvaro Mutis | Sonate (2) | Accueil | Dans le clair-obscur de la page »

21 janvier 2009

Commentaires


A chaque trace du pinceau, Miró laissait une étoile, une lune, une femme, un point, une ligne voluptueuse et flexible contrebalançant l'horreur de la guerre par le jardin de ses rêves. Ses couleurs riantes, lumineuses ou graves n'absorbaient pas la lumière comme Cézanne mais l'enfantaient.
Ces Constellations inspirèrent Breton, comme elles font rêver Angèle aujourd'hui. Il y a une harmonie si profonde, parfois, entre ceux qui peignent et ceux qui écrivent. Leur coeur bat à l'amble et leur âme aussi et, pour nous lecteurs, c'est un double enchantement...

-> OT

J’ai eu Paul Nelson comme prof. Dans les années 1970…
Un très bon prof…


Amicizia
Guidu ___


Merci, cavaliere, j'aime bien vos propositions "off-topics" ! Ce sont toujours des fenêtres ouvertes sur le monde.



je suis arrivée là par hasard et voilà je voudrais savoir si quelqu'un de vous connaitrait un site où il y aurait une critique sur l'oeuvre ''l'étoile matinale'' de Miro. J'ai actuellement 16 ans et j'ai eu un coup de foudre pour ce tableau mais je ne trouve aucun site faisant sa critique ainsi que son analyse.


L'ETOILE

L’ÉTOILE MATINALE
matinale fractale
fractale fraction fracture
fracture facture
facture du facteur Miró
Miró à cheval sur l’étoile matinale
L’étoile matinale qui babille et habille le premier clown qui passe
Clown qui passe dans le cercle des métamorphoses
Métamorphoses de la fanfare stellaire
Stellaire telle l’aire de l’autre blé à l’aube
à l’aube imagière qui nous fait ses beaux yeux
Ses beaux yeux Ses doux yeux Ses fleurs d’yeux
D’yeux seigneurs de poésie
Poésie poésie poésie
l’étoile matinale

On peut voir et lire
"22 Constellations amoureuses et une gouache cachée" ici

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.