« Rouges de Chine 24 | Accueil | Christian Gabriel/le Guez Ricord | J’aurais vécu en est le nom »

24 novembre 2008

Commentaires


Vous lisez Ph. Sollers ? Ce huit couché à l'infini, cette muraille, me font penser à lui (entre autres).


Un coin de mur rouge parmi les vieux pins, des palais et des temples laqués de vermillons, légers, brillants ou carmins - virant au violet

Cheminement à « Perdre le Midi quotidien »,

dans ces Stèles du Milieu, in ">http://www.steles.net/page.php?p=75l"target="_new"> Stèles (1912) de Victor Segalen

Merci, chère Angèle, ce fut un si beau voyage...



Merci à vous toutes, mes amies, qui avez cheminé à mes côtés tout au long de cette traversée en mots et en images. Je suis partie seule (ou presque) et vous avez su me rejoindre en cours de route. Je suis heureuse que nous ayons retrouvé Déborah, qui nous attend là-bas, à l'autre bout du ciel.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.