« 27 novembre 1683/Les globes de Coronelli | Accueil | Soirée Poésie Claude Ber et ses invités »

27 novembre 2008

Commentaires


matin incertain
festin révolu
soleil libidineux
oiseau écorché
si tu savais dire la beauté du monde
tu empaillerais tes songes
tu scierais de l’azur
tu irais à Carthage embrasser les frontières
dérouler le jasmin
équarrir les astres multilingues illogiques

tu ne sais pas si l’enfer est au lointain
tu sais que le présent est rare dans les instants de poussière

Amicizia
Guidu ____

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.