« Rouges de Chine 25 | Accueil | 24 novembre 1870 | Mort de Lautréamont »

24 novembre 2008

Commentaires


Qu'une telle douleur ait arraché au "jamais plus" cette vivante esquisse, que ces vers si longs et si mélodieux puissent nous offrir cet hymne à l'amour et à ses merveilles d'avènement, que ce jour nous soient offerts tous ces liens à ouvrir si riches et émouvants, transforment cette mémoire d'un qui n'est plus en un qui est dans "la lumière blanche" et nous ouvre au désir de durer et d'aimer. Merci Angèle.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.