https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup 24 novembre 1870 | Mort de Lautréamont - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.





De l’autre côté





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main











Écrivez-moi









Retour à l'accueil








































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































« Christian Gabriel/le Guez Ricord | J’aurais vécu en est le nom | Accueil | Antonella Anedda | novembre, notte »

Commentaires


C'est beau ce texte de Maurice Blanchot. Cette immense solitude de celui qui écrivit jusqu'à la rupture de ce qui est connu et cette avancée périlleuse dans les champs du jamais encore dit . C'est beau aussi cet effacement dans l'approche de la mort comme si sa parole devenait futile devant l'éblouissement qui est effacement des questions et des langues. Il a écrit dans cet espace comme un funambule avec ce vertige de la chute dans le trop de mots ou le plus assez de mots et puis l'informulable. Le fil où il avançait, c'était le grand silence pénétré par le balancier des mots maudits.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.