« 13 octobre 1820 | Arrestation de Silvio Pellico | Accueil | Tarjei Vesaas, Lisières du givre »

14 octobre 2008

Commentaires


J'aime beaucoup cette série des "rouges de chine" .
Merci de nous l'offrir généreusement !

J'aime la manière dont ton poème s'emboucle sur lui-même
ce que je désire... ton regard
la lenteur qui le parcourt
il me rappelle une femme accompagnée sur sa fin de vie (cancer du sein, 45 ans)
la veille de son décès, elle vint dans les jardins de l'hôpital
poussée en fauteuil roulant
et je revois sa main effleurant une dernière fois la haie de lauriers
le désir qu'elle manifestait, très fort, à chaque personne de l'équipe
ce désir qui est le signe de la vie jusqu'en ses limites
et qu'illustre si merveilleusement la très sensuelle photographie

je suis venue ici cueillir
en vos espaces
de quoi me nourrir
et ce fut beau et bon.


Merci à vous, mes ami(e)s, vos mots me touchent et m'encouragent à poursuivre dans la voi(e)x étrange de ce pas de deux extrême-oriental.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.