« Sophie Loizeau, Bergamonstres | Accueil | Rouges de Chine 15 »

27 octobre 2008

Commentaires


Belle indépendance d'Erasme, qui s'affirme dans la discrétion mais sans concession. Et cette folie qu'il revendique comme étant la liberté de l'individu face à une société trop raisonnable et trop sclérosante. N'embarquerions-nous pas sur cette nef des fous pour un voyage qui n'aurait jamais de fin ? (sourire)


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.