« Claude Ber, La mort n’est jamais comme par Angèle Paoli | Accueil | Isabelle Garron | Ce schiste sur les hauteurs, 4 »

06 septembre 2008

Commentaires

toi Balthus, moi Klossowski...

salut

alfredo


Je me demande si je ne suis pas plutôt du côté de http://terresdefemmes.blogs.com/.shared/image.html?/photos/uncategorized/2007/11/22/baladine_klossowska_et_rainer_maria.jpg>Merline, mère de Balthus et de Pierre Klossowski... et maîtresse de Rilke.

Con amicizia, mio fratello

Angela


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.