« Suzy Solidor, Escale (1938) | Accueil | Mahmoud Darwich | Je demeure vivant »

20 septembre 2008

Commentaires


Quel plaisir de retrouver Max Rouquette et sa si belle écriture... son occitan si profond ! Merci Angèle...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.