https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Claude Ber | Je dis mer - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.





De l’autre côté





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main











Écrivez-moi









Retour à l'accueil








































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































« Vitaliano Trevisan, I quindicimila passi | Accueil | Fabio Scotto | China sull’acqua… (traductions croisées) »

Commentaires


j'aime beaucoup
langue neuve terre
salée de visages
la voix le chant
enroulés turban


Oui, c'est pas mal, je dois dire, on sent les gens qui sont libres de leur création, à qui on autorise un si précieux espace de liberté. Mais qui sait, peut-être sommes-nous revenus à l'époque de Villon ? La poésie y survivra, donc.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.