https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Ludovic Janvier | On quittera toujours la mer - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Le tour de Corse à la voile 150
Les topiques d'Angèle Paoli
____ Index de mes topiques




Retour à l'accueil








































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































« Esther Tellermann | Sûrement je vous tiendrai | Accueil | Françoise Clédat | (où le chant sans l’organe) »

Commentaires


Un poète que je n'ai pas encore lu. Ce poème me donne envie de le découvrir. Me voici dans l'impatience... Merci Angèle !

"c’est la même lenteur debout
qui vous déchire d’avec le pays
chaque adieu vous retourne infiniment"

Ludovic JANVIER fut mon professeur à Paris VIII.
Pourrais-je jamais oublier cette voix qui parle la poésie comme Kafka (un de ses auteurs favoris) « ne rêve pas mais (suis) rêvé » ?
Celui dont « la parole tombe du corps et se souvient. »
L. JANVIER n’enseignait pas la poésie, il la déclamait.
À lire, à entendre.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.